Welink Builders Welink Builders
Pourquoi le prix de l’électricité augmente ?

Pourquoi le prix de l’électricité augmente ?

Welink Builders

Welink Builders

Le prix de l'électricité n'a cessé d'augmenter au cours des dix dernières années et notamment depuis l'année 2014. Selon l’INSEE, une progression d’environ 50 % est observée entre 2007 et 2020. Et, les prix continuent toujours d’augmenter. La forte hausse de 6 % de l’année 2019 a déjà fait beaucoup de vagues. 

 

Les prix du kWh en France ont encore augmenté en février et août 2020. Puis, une nouvelle hausse de l’ordre de 1,6 % TTC vient d’être enregistrée en février 2021. Pourquoi ces augmentations ? Voici les réponses.

 

 

Sommaire :

 

1. Prix de l’électricité : pourquoi augmente-t-il ?

  • a. Une hausse liée aux taxes
  • b. Le financement de la transition énergétique

  • c. Les impacts de la loi NOME sur les prix d’électricité
  • d. Les compteurs Linky

2. L’impact de la COVID-19

3. Une augmentation des prix engendrée par la concurrence

4. Les prix d’électricité d’ici 2023

5. Comment réduire sa consommation électrique ?

6. Conclusion

 

 

1. Prix de l’électricité : pourquoi augmente-t-il ?

 

La hausse des prix de l'électricité découle de plusieurs facteurs combinés. On peut citer le poids des taxes, les répercussions de la loi Nome, les fameux compteurs Linky ou encore les mesures de confinement relatives à la COVID-19.

 

 

Une hausse liée aux taxes

 

L’augmentation du prix de l’électricité en France est en partie liée aux différents types de taxes. En effet, l'ensemble des taxes additionnelles représente un tiers du montant indiqué sur les factures des Français.

 

Parmi les nombreuses taxes en rapport avec l’électricité, on retrouve le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité ou TURPE en abrégé. Son taux est renouvelé tous les quatre ans. De plus, une nouvelle période tarifaire lui est imposée en début d'année, entraînant une flambée des prix de l'électricité

 

La hausse de la taxe CSPE (Contribution au Service Public de l'Électricité) a aussi provoqué une augmentation importante du budget de l'électricité au cours des dernières années. Cette taxe est passée de 4,5 €/MWh en 2004 à 22,5 €/MWh en 2016. Mais elle est désormais plus stable ces dernières années. 

 

La taxe CSPE ne pourra pas être tenue pour cause de la hausse du prix du kilowatt ressentie par les consommateurs d’électricité.

 

 

Le financement de la transition énergétique

 

La transition énergétique occupe une place importante dans le mix énergétique en France. La transition vers les énergies renouvelables soulève un problème : leur production est coûteuse. 

 

En effet, ces énergies sont produites de façon intermittente, selon la disponibilité des ressources. Il faut aussi tenir compte des coûts liés au stockage et au transport de ces énergies. Sachez que la part liée au transport de l’électricité tend à augmenter d’environ 1,39 % par an jusqu’en 2024.

 

De plus, l’État oblige le fournisseur d’électricité et de gaz, à racheter l’électricité verte produite par les producteurs d’énergie renouvelable à un tarif supérieur au prix classique. Ces contrats sont établis pour fixer ce prix pour 15 à 20 ans. Ces facteurs entraînent des répercussions lourdes au niveau des factures des ménages.

 

 

Les impacts de la loi NOME sur les prix d’électricité

 

La mise en vigueur en décembre 2010 de la loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l’Électricité) perturbe le modèle de tarification de l’électricité. Elle a notamment été élaborée afin de réguler l’organisation et les tarifs de l’électricité. Elle donne libre cours à chaque opérateur de fixer leurs prix.

 

Au début de l’année 2016, cette loi a supprimé définitivement les tarifs jaunes et verts pour les professionnels. Mais, le tarif bleu a été maintenu pour les particuliers.

 

Avec la baisse du prix d’électricité de gros sur le marché, les fournisseurs alternatifs préfèrent acheter directement auprès du marché européen. Ils se détournent ainsi de l'électricité fournie par EDF, ce qui entraîne une hausse du prix du kWh.

 

 

Les compteurs Linky

 

Déployés par ENEDIS dans toute la France, les compteurs Linky sont pointés du doigt pour être à l’origine de la flambée des factures. C’est un modèle de compteur communicant qui permet un suivi régulier et en temps réel des consommations électriques dans les foyers. Il s’avère qu’un dysfonctionnement du compteur a engendré une hausse flagrante des prix du kWh.

 

Toutefois, les différences entre les anciennes factures et celles relatives à l'utilisation du compteur Linky sont dues à d'autres facteurs. En effet, l'ancien compteur peut avoir été défectueux. Aussi, les données du compteur Linky reflètent-elles la réalité de la consommation du ménage.

 

 

2. L’impact de la COVID-19

 

La crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19 a également un impact sur le prix de l'électricité. Le confinement ayant eu lieu au printemps, le programme de maintenance des centrales nucléaires a été décalé en temps opportun. 

 

Aussi, le temps de production d’électricité n’est pas suffisant pour répondre aux besoins croissants des consommateurs durant la période hivernale. De plus, ces centrales arrivent en fin de vie et leur réhabilitation nécessite un grand investissement. Ce dernier se répercute alors sur le prix kWh comparatif.

 

Les mesures de confinement ont conduit les Français à rester constamment chez eux. Aussi, les besoins en chauffage, en éclairage ou climatisation ont engendré une hausse de la consommation d’électricité. 

 

L’usage des appareils électriques de cuisson est devenu également fréquent. Le télétravail a connu une grande évolution  avec le COVID-19. Il exige aussi le recours à des équipements informatiques qui peuvent augmenter la consommation.

 

 

3. Une augmentation des prix engendrée par la concurrence

 

Dans de nombreux domaines, la concurrence sur le marché permet aux consommateurs de bénéficier de tarifs plus bas et plus intéressants. Ceci n'est pas observé pour le prix de l'électricité EDF en France. Ceci est dû en grande partie au mécanisme de « contestabilité » qui permet aux concurrents d’EDF de proposer des tarifs plus attractifs.

 

Ces concurrents ne sont toutefois pas en mesure d'acheter suffisamment d'énergie nucléaire pour répondre à la demande élevée des consommateurs. Ils ont ainsi dû se tourner vers l'électricité classique, qui est plus chère. 

 

Le dispositif mis en place par l'État prévoit une augmentation du tarif réglementé à chaque hausse des prix proposés par la concurrence. En effet, le tarif bleu d’EDF est basé sur une estimation des coûts des concurrents. Sachez que ces coûts sont constitués de taxes, de coûts de production et de commercialisation, ainsi que des frais de transport et de distribution.

 

 

4. Les prix d’électricité d’ici 2023

 

Les projections effectuées par les experts indiquent une hausse de 100 % des prix de l’électricité jusqu’en 2023. Cependant, la situation est telle que l’augmentation du prix de l'électricité atteint déjà 60 % depuis 10 ans. Pour cause, les taxes concernant l’électricité vont encore augmenter durant les prochaines années.

 

Le Gouvernement prévoit déjà une nouvelle organisation des Taxes sur la Consommation Finale de l’Électricité, ou TCFE en abrégé. 

 

Les communes françaises n’adoptant pas le système de tarification maximale sont appelées à augmenter les taxes de manière progressive. La hausse sera de 71 % minimum pour l’année 2022, pour atteindre les 100 % en 2023. Cela aura certainement un impact sur les factures d’électricité des ménages français.

 

 

5. Comment réduire sa consommation électrique ?

 

Comme l'augmentation du prix de l'électricité sur 10 ans est inquiétante, il revient à chacun de prendre les bonnes mesures pour réduire sa consommation d'électricité et ainsi payer moins ! Pour y arriver, voici quelques solutions pratiques :

  • Éteindre les veilles des appareils informatiques et électroménagers : cela aide à économiser jusqu’à 10% de la facture ;
  • Adopter les lampes de type LED : elles sont moins énergivores que les ampoules halogènes ;
  • Éteindre l’éclairage dans les pièces non-utilisées ;
  • Bien choisir son tarif électricité grâce à un comparatif ;
  • Opter pour un appareil mieux classé sur l’étiquette énergie : il permet une réduction allant jusqu’à 20 % de votre consommation ;
  • Mieux isoler son logement : cela permet de réduire les consommations électriques liées au chauffage.

 

 

6. Conclusion

 

Malgré les hausses des prix constatées ces dernières années, la France dispose encore du prix de kWh le plus bas de toute l’Europe. Les prix du kWh vont encore monter en flèche d’ici 2023 d’après les prévisions. Aussi, adoptez les bons gestes pour économiser en énergie. Cela aide significativement à réduire vos factures d’électricité.

 

 

                                            Pourquoi le prix de l’électricité augmente

 

 

Articles à découvrir : 

Rechercher un artisan qualifié

Vous êtes Artisan ?

Référencez votre entreprise sur le premier guide des artisans de France